Dans un contexte sanitaire incertain, compromettant le soutien des partenaires financiers mais aussi  la préparation des coureurs,  les membres du Comité régional cycliste de Guadeloupe (CRCG) ont annoncé, ce vendredi 1er mai, l’annulation de la 70e édition du Tour international, prévue du 31 juillet au 9 août prochains, pour cause de pandémie de coronavirus

« Maintenir l’épreuve, c’était comme tenter le diable. Le virus circule toujours en Guadeloupe. Certains partenaires, privés comme publics, nous ont d’ores et déjà annoncé leur désengagement. L’UCI, pour sa part, nous a fait parvenir un cahier des charges drastiques en termes de mesures barrières. Avec les retours des clubs, qui se sont prononcés pour l’annulation du Tour à hauteur de 63 %, ça faisait trop », justifie Frédéric Théobald, 1er vice-président du CRCG.

Après l’annulation du Tour de Marie-Galante, le coronavirus a donc eu raison du plus grand événement  cycliste de la saison sportive guadeloupéenne.

REACTIONS DE BORIS CARENE

Il y a tellement de choses, de bonnes choses à dire de Clotaire que j’en perdrais les mots

Juste à retenir que ça a été un homme exceptionnel dans tous les domaines, qui avait un grand cœur, qui a sacrifié une bonne partie de sa vie au cyclisme et qui nous a permis à nous de devenir des hommes parce que non seulement il était un dirigeant qui était fou de la discipline mais il était comme un père et il n’hésitait pas à nous tirer les oreilles et nous remonter les bretelles quand il fallait  donc je pense qu’aujourd’hui,  oui on perd un grand homme, un grand monsieur, un Monsieur qui va rentrer dans le Panthéon des grands hommes guadeloupéens et surtout un père, quelqu’un qui pour moi a su m’écouter, a su m’aider pour réaliser mes projets tels : « les amis de Borice CARENE » ou le team CCD. On a été domicilié chez Clotaire dès les ABC et d’apprendre aujourd’hui sa disparition ça fait un choc mais je pense qu’aujourd’hui il est mieux là où il est parce que il souffrait tellement que nous aussi on souffrait à côté. C’est très difficile, mais il faut retenir le positif de Clotaire, quelqu’un qui s’est battu, qui ne lâchait jamais rien, il n’y a qu’à voir son combat avec le comité régional cycliste de Guadeloupe, vraiment un homme exemplaire et un grand Monsieur.

Demission surprise du  médecin fédéral TSIAVIRY, 

Bernard CHAULET

« C’était quelqu’un qui aimait le vélo, qui aimait ce qu’il faisait. De toute façon, pour rester plus de 40 ans dans ce sport, il faut être passionné par le sport, par le vélo et franchement c’est quelqu’un qui va manquer au vélo  parce que il s’occupait non seulement de la sécurité, de tout ce qui était paperasse sur la préfecture en relation avec tous les autres qui s’occupaient de courses, de compétitions, pas seulement du tour  et Clotaire c’est quelqu’un sur qui on pouvait compter malgré tous les déboires qu’on a pu avoir, il avait ses points de vue et moi les miens , c’était quelqu’un de franc d’ailleurs on discutait et puis on se mettait d’accord sur l’action à mener puisque, je vous dis ce qui nous reliait tous les deux c’est l’amour, la passion du vélo donc  on arrivait toujours à s’entendre  et voilà quoi. Donc je pense que c’est quelqu’un qui va manquer en tout cas au vélo.

 De bons souvenirs il y en a eu mais c’est quelqu’un qui était disponible on lui disait par exemple qu’il nous faut quelqu’un sur cette course et bien Clotaire était toujours disponible on pouvait l’appeler à 10 h du soir, Clotaire était là 5 minutes après. Quelqu’un qui s’est toujours mis à la disposition de ce qu’il aimait : le vélo. On a passé c’est vrai de bons moments ensemble sur le tour, sur nos déplacements sur Saint-Domingue, sur toutes les courses de vélo qu’on a pu suivre, sur la métropole et tout.

  Ma première pensée c’est un petit peu pour la famille et les enfants de Clotaire et puis le fait aussi que ben malheureusement avec ce virus, on ne peut pas se déplacer donc je ne peux pas être en Guadeloupe en ce moment, je suis sur la Guyane donc c’est vrai que ce n’est pas évident, donc ça a été une grande perte pour le vélo.

Je l’ai eu au téléphone plusieurs fois, je suis venu notamment en Guadeloupe et puis Clotaire aussi m’avait appelé avec Yolaine pour voir un petit peu comment aborder la chose et tout on a discuté, on s’est concerté et puis voilà quoi, donc je suis venu en Guadeloupe, on a déjeuné ensemble.   Clotaire, il le disait qu’il avait des soucis de santé  mais ce qu’il voulait c’est de se battre pour le vélo jusqu’à son dernier souffle, il l’a fait, il a été le Président du Comité Cycliste de Guadeloupe et franchement il faut lui rendre hommage. »