Tension au sein du CMT

Tesion au sein du CMT

Lors du Conseil d’Administration du Comité Martiniquais du Tourisme du  lundi 23 avril 2018 les débats ont été houleux autour du budget du CMT.  Les administrateurs du « Gran Sanblé » ont pointé du doigt les dépenses du CMT et principalement celles concernant le  déplacement du personnel et surtout  la campagne  digitale à 250 000€  dont ils disent être surpris de ne pas avoir été consultés pour valider son financement. Des dépenses qui les ont poussé à s’abstenir lors du vote du budget.

 Selon les représentants du CMT les frais de fonctionnement auraient pourtant diminué de 600 000€ sur le budget de 12 millions.

Explications Karine Mousseau

« Cette campagne répond au débat d’orientation budgétaire qui a été validé lors du conseil d’administration du 27 novembre 2017 et que tous les élus du conseil d’administration ont été informés par mail du lancement de la campagne.

Le vote de notre budget a été retardé par rapport au vote de celui de la collectivité donc nous avons dû prendre des décisions avant le vote du budget pas seulement pour cette campagne pour des salons pour pas mal d’actions que nous avons déjà faites pendant les quatre 1er mois, c’est vrai que ce n’est pas toujours facile  puisqu’on prend le risque, entre guillemet, de ne être suivi ensuite en CA. J’assume surtout d’avoir pris ces décisions car nous ne pouvions rester sans rien faire pendant quatre mois  c’est la destination qui en  aurait vraiment pâti. »

Pour Yan MONPLAISIR, derrière ça il y a un problème politique.

« Il est vrai que Karine Mousseau a considéré que les techniciens, au lieu de rester assis dans les bureaux, aillent au-devant des clients, chercher les marchés, chercher les compagnies aériennes, et effectivement il y a eu la dessus une volonté de faire en sorte que au lieu qu’il y ai par exemple 4 élus sur un salon, et bien qu’il y ai un seul élu et qu’il y ai un peu plus de personne pour vendre la destination Martinique. Les élus voyagent moins et les gens qui sont là pour faire leur job c’est-à-dire vendre la Martinique, valoriser  etc. et qui sont des techniciens et bien il faut qu’ils aillent au-devant  des clients. Par ailleurs, c’est vrai qu’il ne faut pas faire semblant, derrière ça il y a un problème politique, je pense qu’il y a des gens qui voulaient qu’il y ai entre le président de l’exécutif Alfred Marie-Jeanne et moi-même, une rupture. Ils ont considéré qu’ un certain nombre de critiques que je suis amené à faire, parce que on peut avoir des divergences, leur laissaient supposer que j’étais dans une démarche de rupture de notre majorité et à la faveur de cette rupture, ils pensaient pouvoir renforcer le théorie du complot. Sans doute qu’ils ont été un peu surpris de ce que j’ai pu à la fois marquer les espérances que je souhaitais mais en même temps en préservant notre majorité. Moi je suis dans une démarche de construction pour la Martinique, de rassemblement. »

La lettre ouverte.

Fort-de-France, le 11 mai 2018

 

A l’attention de Mme Karine MOUSSEAU, Présidente du Comité Martiniquais du Tourisme,

Suite aux propos que vous avez récemment tenus dans la presse, nous tenons à rappeler publiquement, qu’en tant que membres du Conseil d’Administration du CMT, nous nous sommes toujours efforcés de jouer scrupuleusement et honnêtement notre rôle d’administrateurs. C’est ainsi qu’à l’occasion du CA du 23 avril 2018 au cours duquel étaient notamment examinés le Compte administratif 2017 et le projet de Budget Primitif (BP) 2018 du CMT, certains d’entre nous vous ont légitimement posé des questions sur le respect des procédures et des circuits de décisions.

Quoi en effet de plus normal pour un administrateur que de chercher à comprendre entre autres choses :

– pourquoi les frais de missions des personnels passent de 92.662 euros en 2016 à 166.532 euros en 2017, soit 79% d’augmentation ?

– pourquoi une campagne promotionnelle « 100% digitale » d’un montant de 250.000 euros a été lancée sans que les membres du bureau ou du CA en aient été informés au préalable? Nous l’avons appris par la presse ! Or, si cette opération était bien inscrite au BP 2018 non encore voté, à défaut d’une délibération en bonne et due forme , vous auriez au moins pu en informer les administrateurs avant d’engager unilatéralement une telle somme !

Manifestement agacé par ces questions, M. Yan MONPLAISIR, a littéralement agressé M. Jean-Marcel MARAN (représentant des socioprofessionnels « Gîtes de France ») l’accusant d’être venu « s’engraisser au CMT » et invectivé M. Jean-Philippe NILOR qui vous avait alors simplement demandé, en tant que Présidente, de ramener le calme. Ce dernier a été traité de « comploteur contre le Président du Conseil Exécutif » ; propos qui, vous en conviendrez, n’ont pas leur place dans un tel Conseil d’Administration.

Faute de réponse de votre part face à l’indignation générale soulevée par la réaction de M. Yan MONPLAISIR, M. Jean-Philippe NILOR a alors demandé une interruption de séance pour une « concertation entre collègues du CA ».

Il n’a jamais parlé au nom d’un éventuel « groupe » comme vous l’avez affirmé insidieusement dans la presse ; d’ailleurs, le Conseiller Exécutif en charge du tourisme, M. Miguel LAVENTURE, a pleinement participé à ces échanges consensuels à l’issue desquels une majorité des membres du CA a décidé de s’abstenir.

Ne souhaitant pas « bloquer la machine » avec un vote « contre », le choix de l’abstention entendait exprimer une énième fois nos préoccupations quant au risque de dérives comportementales, financières et statutaires. En effet, mi-2017, nous vous avions déjà interpellée sur ces questions de procédure s’agissant notamment du film promotionnel de la destination Martinique.

Alors prévu au Budget Primitif 2017 pour un montant de 150.000 euros, ce film aura au final coûté 265.000 euros, soit une majoration de 77% engagée sans aucune délibération ni information du CA ou du bureau du CMT.

Nous avions alors, dans un esprit constructif, accepté de régulariser la situation après que vous vous soyez personnellement engagée à ce que cela ne se reproduise plus !

Or, la situation se répète une fois de plus et les administrateurs ayant eu l’outrecuidance de demander transparence et apaisement en CA se sont fait insulter sans que vous, Présidente, n’interveniez.

Plus grave encore, loin de calmer le jeu, au fil de conférences et d’interviews dans les médias, vous persistez à travestir les faits pour éviter de répondre à nos légitimes questions en utilisant d’une main, l’arme de la manœuvre politicienne en tentant pathétiquement de faire croire à un complot politique, et de l’autre main, l’arme de la division entre administratifs et élus, lesquels seraient « frustrés » de ne pas voyager et « jaloux »des bons chiffres du tourisme de l’année 2017 ! Ce faisant, vous qui ne cessez de clamer devant les médias qu’il faut « arrêter les cancans » ne faites, en réalité que les alimenter.

La malhonnêteté dans toute sa splendeur!

Nous déplorons cette stratégie qui ne peut que nuire à l’image de la politique, de la destination Martinique et d’une institution qui travaille dans le secteur depuis près de 15 ans sans que jamais un tel climat ait pu être observé!

Le CMT n’est en aucun cas une entreprise privée au service d’intérêts particuliers mais doit demeurer un outil martiniquais au service du développement touristique dans l’intérêt de TOUS LES MARTINIQUAIS !

Nous vous invitons à vous montrer à l’avenir plus respectueuse des règles de fonctionnement, des deniers publics, de l’ensemble des employés et membres du Conseil d’administration du CMT, qui autant que vous, souhaitent la réussite du tourisme martiniquais !

Signataires Membres du Conseil d’Administration du CMT:

 

– Mme Marie-Line LESDEMA

– M. Jean-Philippe NILOR

– M. Eugène LARCHER

– Mme Louise TELLE

– Mme Aurélie NELLA

– Mme Nadia LIMIER

– M. Charles JOSEPH-ANGELIQUE

– M. Raphael MARTINE

– M. Jean-Marcel MARAN