CORONAVIRUS

UN DANGER MONDIAL

"Attention, déconfinement n'est pas disparition du virus"

BILAN AU 14 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

14 MAI 2020 :  141 356 cas – 27 425 morts, 20 463 hospitalisés dont 2 299 en réanimation – 59 605 guérisons.

141 356 cas recensés dont 622  lors des dernières 24 heures- 27 425  décès recensés , dont 351 lors des dernières 24 heures. –20 463 hospitalisations soit 608 de moins en 24h – 2 299 personnes en réanimation, soit 129 de moins en 24 heures. –  59 605 personnes guéries, soit 932 de plus.

La pandémie de coronavirus est une véritable catastrophe sanitaire. Les conséquences sont terribles tant sur le plan humain que sur le plan économique. La maladie a fait près de 300 000 victimes et contaminé plus de 4,4 millions de personnes, selon un bilan de sources officielles sans doute largement sous-estimé. Avec plus de 1,4 million de cas de Covid-19 déclarés et plus de 85 000 décès, les Etats-Unis sont le pays le plus sévèrement touché. Le continent européen est également très endeuillé. Le Royaume-Uni comptabilise plus de 33 000 victimes, l’Italie a enregistré plus de 31 000 décès avec un bilan quotidien qui repart légèrement vers le haut, et l’Espagne et la France comptent plus de 27 000 décès. 

En dépit de la poursuite de la pandémie du nouveau coronavirus, l’Union européenne a appelé mercredi ses membres à rouvrir leurs frontières intérieures pour faciliter le tourisme. La Commission européenne souhaite une réouverture « concertée » et « non discriminatoire » des frontières intérieures de l’UE afin d’empêcher le naufrage du secteur du tourisme, qui représente 10% du PIB et 12% des emplois dans l’Union. « Si nous faisons tous des efforts, nous n’aurons pas à passer l’été bloqués à la maison ou l’été ne sera pas complètement perdu pour l’industrie touristique », a déclaré la vice-présidente exécutive de la Commission, Margrethe Vestager. Du côté de la France, Edouard Philippe a présenté son plan pour le tourisme ce jeudi, affirmant que « Les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet et au mois d’août, en métropole et dans les outre-mer ».

Au moment où des pays commencent à lever progressivement les restrictions imposées pour tenter de freiner l’épidémie apparue en décembre en Chine, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé ce mercredi un message alarmant. « Nous avons un nouveau virus qui pénètre la population humaine pour la première fois et il est en conséquence très difficile de dire quand nous pourrons le vaincre », a déclaré Michael Ryan, directeur des questions d’urgence sanitaire à l’OMS, lors d’une conférence de presse. Il a insisté sur le fait que « ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés, il pourrait ne jamais disparaître ».

BILAN AU 14 MAI EN MARTINIQUE ET EN GUADELOUPE

 

La Martinique compte aujourd’hui, 14 mai 2020,  189 personnes infectées par le coronavirus  soit aucun  nouveau cas  confirmé et   2 personnes hospitalisées en réanimation (pas de nouvelle admission),   – A ce jour, 91 personnes ont été guéries Le nombre de décès est inchangé :   14 depuis de début de l’épidémie.

 

En Guadeloupe : 155 cas, soit deux nouveaux pour cette journée de jeudi 14 MAI  . Parmi ces cas confirmés, 4 patients sont hospitalisés au CHUG : (4 patients en réanimation, et il n’y a plus de patient  en médecine) . . .109 personnes sont déclarées guéries par les infectiologues en Guadeloupe. Le nombre de décès passe à 13

L’élargissement des tests PCR sur le territoire aux patients peu symptomatiques ou à risque particulier se poursuit afin d’évaluer avec précision le niveau de circulation du virus. Nos territoires sont pour le moment classés en vert mais faisons en sorte que cela le reste en respectant encore quelque jours le confinement et en suivant les instructions qui seront données pour la sortie du confinement dans les prochaines semaines. Cette semaine est déterminante, ne favorisons pas l’apparition de nouvelles chaines de contamination.

LES BREVES

Le coronavirus SARS-CoV-2 pourrait « ne jamais disparaître » selon l’OMS

Au moment où des pays commencent à lever progressivement les restrictions imposées pour tenter de freiner l’épidémie apparue en décembre 2019 en Chine, l’OMS a déclaré le 13 mai que le Sars-CoV-2 pourrait ne jamais disparaître et ce y compris en cas de découverte d’un vaccin. « Nous avons un nouveau virus qui pénètre la population humaine pour la première fois et il est en conséquence très difficile de dire quand nous pourrons le vaincre« , a déclaré Michael Ryan, directeur des questions d’urgence sanitaire à l’OMS, lors d’une conférence de presse virtuelle à Genève. « Ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés, il pourrait ne jamais disparaître« .

La propagation du coronavirus « éminemment » possible par la parole

Parler normalement dans un espace confiné – sans masques et sans aérer – pourrait très probablement contribuer à transmettre le Covid-19 à d’autres personnes autour de soi. Les microgouttelettes de salive générées par la parole peuvent rester suspendues dans l’air d’un espace fermé pendant longtemps, selon une expérience publiée mercredi 13 mai dans la revue spécialisée PNAS et qui souligne le rôle probable des microgouttelettes dans la pandémie de Covid-19. Les scientifiques estiment, en tenant compte de la concentration connue du coronavirus dans la salive, qu’une parole forte peut générer l’équivalent par minute de plus de 1.000 gouttelettes contaminées capables de rester en suspension dans l’air pendant 8 minutes ou plus, dans un espace fermé.

Poursuite du déconfinement avec la deuxième vague d’écoliers de retour à l’école

Une deuxième vague d’écoliers a repris ce jeudi le chemin de l’école, notamment en Ile-de-France, région très touchée par l’épidémie de coronavirus, au quatrième jour de déconfinement dans le pays, où l’activité reprend timidement. Partout, la rentrée se fait par petits groupes, comme pour la première vague mardi et suivant un protocole sanitaire très strict: lavages de mains réguliers, récréations très encadrées, sens de circulation dans les couloirs. Cependant, l’inquiétude reste palpable pour de nombreux parents et enseignants. D’ici à vendredi, quelque 1,5 million d’écoliers auront retrouvé les bancs de l’école. Les premiers collégiens des zones vertes leur emboîteront le pas lundi. À noter que plusieurs présidents de sociétés pédiatriques on fait part aujourd’hui de leurs recommandations pour le retour des enfants à l’école. Ceux-ci dénoncent certaines mesures de distanciation sociale , qu’ils considèrent comme inapplicables et « susceptibles d’entraîner une anxiété particulièrement néfaste au développement des enfants ». .

  • Les Français pourront partir en vacances en juillet et en août 

Le Premier ministre Édouard Philippe a assuré aujourd’hui que les départs en vacances seraient possibles durant les vacances d’été, sous réserve de restrictions localisées en fonction de l’évolution de la situation. Il a également été annoncé la mise en place d’un plan d’aide de 18 milliards d’euros pour aider le secteur du tourisme. « C’est sans précédent, c’est massif, c’est nécessaire », a déclaré le Premier ministre au sortir d’un comité interministériel, alors que le tourisme, qui représente 7% du PIB français ainsi que deux millions d’emplois, « fait probablement face à la pire épreuve de son histoire moderne ».

BILAN AU 15 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

15 MAI 2020 :  141 919 cas – 27 5295 morts, 19 861 hospitalisés dont 2 203 en réanimation – 60 448 guérisons.

141 919 cas recensés dont 563  lors des dernières 24 heures- 27 529  décès recensés , dont 104 lors des dernières 24 heures. –19 861 hospitalisations soit 602 de moins en 24h – 2 203 personnes en réanimation, soit 96 de moins en 24 heures. –  60 448 personnes guéries, soit 843 de plus.

Des cafés qui rouvrent de Vienne à Sydney et des Français qui s’apprêtent à vivre leur premier week-end déconfiné : la vie tente de reprendre son cours sur une planète paralysée par la pandémie, qui a fait plus de 303 000 morts et poursuit sa course notamment aux Etats-Unis et en Russie. Plus de cinq mois après l’apparition du nouveau coronavirus en Chine, le monde s’habitue à l’idée de vivre durablement avec ce fléau, qui selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pourrait « ne jamais disparaître ». Et les efforts s’intensifient pour tenter de relancer des économies entrées dans une récession sans précédent. Locomotive européenne, l’Allemagne a confirmé vendredi une chute de 2,2% de son activité au premier trimestre. Pionnière en matière de déconfinement, l’Autriche a franchi une étape symbolique importante vendredi avec la réouverture de ses restaurants et de ses emblématiques cafés viennois.

Concernant le bilan mondial, l’épidémie de coronavirus a tué plus de 300 000 personnes et a contaminé plus de 4,5 millions de personnes dans le monde. Au total, plus de 1,7 million de malades sont guéris. Les conséquences de cette crise sanitaire sont terribles tant sur le plan humain que sur le plan économique. Avec plus de 1,4 million de cas de Covid-19 déclarés et plus de 86 000 décès, les États-Unis sont le pays le plus sévèrement touché. Le continent européen est également très endeuillé. Le Royaume-Uni comptabilise plus de 34 000 victimes, l’Italie a enregistré plus de 31 000 décès avec un bilan quotidien qui repart légèrement vers le haut, et l’Espagne et la France comptent plus de 27 000 décès.

 

BILAN AU 15 MAI EN MARTINIQUE ET EN GUADELOUPE

MARTINIQUE

La Martinique compte aujourd’hui, 15 mai 2020,  192 personnes infectées par le coronavirus  soit 3  nouveaux cas  confirmés, l’une par les laboratoires du CHU de Martinique et les deux autres par les laboratoires de biologie médicale privés. Il n’y a plus de patient hospitalisé au service réanimation de l’hôpital. A ce jour, 91 personnes ont été guéries Le nombre de décès est inchangé :   14 depuis de début de l’épidémie.

GUADELOUPE

En Guadeloupe : 155 cas, soit aucun nouveau pour cette journée de vendredi 15 MAI  . Parmi ces cas confirmés, 3 patients sont hospitalisés au CHUG : (3 patients en réanimation, et il n’y a plus de patient  en médecine) . . .113 personnes sont déclarées guéries par les infectiologues en Guadeloupe. Le nombre de décès est de 13

LES BREVES

Le tribunal administratif met fin  au couvre-feu en Martinique.

La juridiction administrative répond favorablement à la requête des citoyens et chefs d’entreprises qui réclamaient la suspension de l’arrêté ordonnant un couvre-feu dans l’île entre 21 heures et 4 heures du matin.

Dans un communiqué, le préfet dit prendre acte de ce jugement et indique qu’il a décidé d’abroger cet arrêté. Et précise que « le couvre-feu est donc levé à compter d’aujourd’hui en Martinique ».
Dans son jugement, le tribunal considère que l’arrêté préfectoral du 11 mai interdisant les déplacements sur l’ensemble du territoire de la Martinique, entre 21 heures et 4 heures du matin, à l’exception des motifs impérieux (…) est illégal. La juridiction constate que le préfet de la Martinique, qui n’a pas produit de mémoire en défense et n’était pas représenté à l’audience, n’apporte aucun élément sur les lieux, le nombre et l’ampleur des regroupements nocturnes qui auraient été constatés. Et encore moins le nombre de personnes concernées.

Le tribunal s’appuie également sur le point hebdomadaire de situation du 13 mai 2020, communiqué par l’ARS, qui indique que la Martinique compte 189 cas confirmés et que le nombre de patients hospitalisés en réanimation a diminué à 2. « Dans ces conditions, eu égard à la situation sanitaire observée, l’interdiction du déplacement de toute personne entre 21 heures et 4 heures ne peut être regardée comme nécessaire aux objectifs de sauvegarde de la santé publique et de prévention des troubles à l’ordre public ». Pour les magistrats, l’article 1er de l’arrêté contestée par les requérants porte une atteinte à la liberté d’aller et de venir, une atteinte grave et manifestement illégale.
« On n’infantilise pas la population ! Responsabilisons nous. Cette décision démontre bien que l’on ne peut pas restreindre les libertés fondamentales, les libertés individuelles. Aujourd’hui chacun retrouve sa liberté d’aller et de venir », déclare Me Jiovanny William, l’un des 4 avocats des requérants (Me Philippe Placide, Me Taniev Labejof et Me Alban-Kévin Auteville).

L’arrêté préfectoral d’interdiction des plages attaqué à son tour au tribunal.

La question de l’accès aux plages et, en particulier, de la navigation nautique et des activités sportives, est examinée ce samedi matin par le tribunal administratif de Martinique, saisi par deux avocates, au nom d’un professionnel du nautisme. A l’origine, Maîtres Alexandra Chalvin et Alizé Apiou contestaient aussi l’arrêté instaurant le couvre-feu. Une requête sans objet puisque déjà tranchée ce vendredi.

Les élus ne souhaitent pas ouvrir les plages.

La semaine dernière, en présentant les différentes mesures liées au déconfinement, Stanislas Cazelles, préfet de Martinique, avait annoncé qu’une décision concernant l’ouverture des plages serait prise en étroite concertation avec les maires des communes concernées. Cette concertation a eu lieu ce jeudi soir, à l’occasion de la réunion du comité territorial, et la majorité des élus ont souhaité que les accès aux plages restent interdits. Une décision que la plupart des maires justifient par la circulation encore réelle du virus sur notre territoire mais, surtout, par les difficultés à assurer un respect de la réglementation sanitaire sur l’ensemble des plages.

Afin d’alléger les contraintes qui incomberaient aux municipalités, le préfet a demandé aux élus de se pencher sur une possible ouverture des plages uniquement sur la tranche horaire allant du lever du jour à 11h du matin.

 

 

BILAN AU 16 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

16 MAI 2020 :  142 291 cas – 27 625 morts, 19 432 hospitalisés dont 2 132 en réanimation – 61 066 guérisons.

142 291 cas recensés dont 372  lors des dernières 24 heures- 27 625  décès recensés , dont 96 lors des dernières 24 heures. –19 432 hospitalisations soit 429 de moins en 24h – 2 132 personnes en réanimation, soit 71 de moins en 24 heures. –  61 066 personnes guéries, soit 618 de plus.

La nouvelle infection qui touche les enfants depuis quelques semaines, entre maladie de Kawasaki et choc toxique, a fait sa première victime en France : un garçon âgé de 9 ans, mort à Marseille. Le jeune patient présentait les symptômes de cette nouvelle infection multi-systémique, baptisée « MIS-C » aux Etats-Unis, où elle a déjà tué trois enfants et « pseudo-maladie de Kawasaki » par Santé publique France. La victime faisait partie des cinq enfants qui ont été admis à l’hôpital de la Timone ces derniers jours pour suspicion de syndrome de Kawasaki, au lieu des trois cas annuels généralement recensés, indique La Provence.

Le professeur Fabrice Michel, chef du service de réanimation pédiatrique de la Timone, a pris la parole ce vendredi après-midi aux côtés de Caroline Ovaert,  chef du service cardiologie pédiatrique et Hervé Chambost, professeur de pédiatrie. Ils ont précisé que l’enfant est décédé samedi dernier, le 9 mai, après sept jours de soins dans leurs services. Il avait été transporté à l’hôpital après « un malaise grave avec un arrêt cardiaque » à son domicile, situé à Marseille. Les trois médecins, ainsi que l’AP-HM dans un communiqué, ont donné d’autres détails sur ce cas dramatique. L’attaque cardiaque serait bel et bien « liée à ce syndrome » qualifié de « post-infection au Covid ». L’analyse sérologique a en effet démontré que l’enfant avait été « en contact » avec le coronavirus, mais n’en avait pas développé les symptômes. « Il conviendra d’exploiter son dossier médical, afin de comprendre s’il n’avait pas de pathologie préexistante », précise le médecin, alors que Santé publique France a écrit pour sa part qu’il présentait « une comorbidité neuro-développementale ».

Les cas recensés « ne doivent pas inquiéter outre mesure », a assuré le professeur Michel, prévenant tout de même les parents qu’il faut « consulter quand les enfants ont de la fièvre pendant plus de deux jours et des signes associés ». « Ce qui est certain c’est que cette maladie reste heureusement très rare. Elle peut être grave mais évolue dans la majorité des cas », abonde l’AP-HM. « En cas de fièvre élevée et durable, de manifestations inflammatoires (ganglions, éruptions) chez l’enfant, il convient de demander rapidement un avis médical », préconisait aussi Santé publique France ce vendredi soir.

 

BILAN AU 16 MAI EN MARTINIQUE ET EN GUADELOUPE

MARTINIQUE

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a fait le choix de ne plus communiquer, chaque jour, les chiffres de nouveaux cas positifs au coronavirus.
Ces données ne seront dorénavant dévoilées qu’une seule fois par semaine, le vendredi.
Nous ne croyons nullement que cette décision des autorités sanitaires émane d’une volonté d’opacité statistique. Pas du tout. Mais alors, pourquoi ce type de communication quotidienne n’est-il plus adapté ?
Peut-on simplement la justifier par la relative stabilité de l’épidémie sur notre territoire ? En clair, ce n’est pas la peine de rappeler tous les jours qu’il y a eu zéro, 1, 2 ou 3 cas… Autant indiquer, chaque vendredi, qu’il y en a eu 6, 7, 8 ou 10 dans la semaine.
Et l’ARS de préciser que, bien entendu, en cas de chiffre sortant de la norme un jour de la semaine, il sera rendu public.
En clair, tant qu’on reste dans la mesure, c’est-à-dire dans le non signicatif, on attend…

GUADELOUPE

LES BREVES

Le tribunal administratif met fin  au couvre-feu en Martinique.

La juridiction administrative répond favorablement à la requête des citoyens et chefs d’entreprises qui réclamaient la suspension de l’arrêté ordonnant un couvre-feu dans l’île entre 21 heures et 4 heures du matin.

Dans un communiqué, le préfet dit prendre acte de ce jugement et indique qu’il a décidé d’abroger cet arrêté. Et précise que « le couvre-feu est donc levé à compter d’aujourd’hui en Martinique ».
Dans son jugement, le tribunal considère que l’arrêté préfectoral du 11 mai interdisant les déplacements sur l’ensemble du territoire de la Martinique, entre 21 heures et 4 heures du matin, à l’exception des motifs impérieux (…) est illégal. La juridiction constate que le préfet de la Martinique, qui n’a pas produit de mémoire en défense et n’était pas représenté à l’audience, n’apporte aucun élément sur les lieux, le nombre et l’ampleur des regroupements nocturnes qui auraient été constatés. Et encore moins le nombre de personnes concernées.

Le tribunal s’appuie également sur le point hebdomadaire de situation du 13 mai 2020, communiqué par l’ARS, qui indique que la Martinique compte 189 cas confirmés et que le nombre de patients hospitalisés en réanimation a diminué à 2. « Dans ces conditions, eu égard à la situation sanitaire observée, l’interdiction du déplacement de toute personne entre 21 heures et 4 heures ne peut être regardée comme nécessaire aux objectifs de sauvegarde de la santé publique et de prévention des troubles à l’ordre public ». Pour les magistrats, l’article 1er de l’arrêté contestée par les requérants porte une atteinte à la liberté d’aller et de venir, une atteinte grave et manifestement illégale.
« On n’infantilise pas la population ! Responsabilisons nous. Cette décision démontre bien que l’on ne peut pas restreindre les libertés fondamentales, les libertés individuelles. Aujourd’hui chacun retrouve sa liberté d’aller et de venir », déclare Me Jiovanny William, l’un des 4 avocats des requérants (Me Philippe Placide, Me Taniev Labejof et Me Alban-Kévin Auteville).

L’arrêté préfectoral d’interdiction des plages attaqué à son tour au tribunal.

La question de l’accès aux plages et, en particulier, de la navigation nautique et des activités sportives, est examinée ce samedi matin par le tribunal administratif de Martinique, saisi par deux avocates, au nom d’un professionnel du nautisme. A l’origine, Maîtres Alexandra Chalvin et Alizé Apiou contestaient aussi l’arrêté instaurant le couvre-feu. Une requête sans objet puisque déjà tranchée ce vendredi.

Les élus ne souhaitent pas ouvrir les plages.

La semaine dernière, en présentant les différentes mesures liées au déconfinement, Stanislas Cazelles, préfet de Martinique, avait annoncé qu’une décision concernant l’ouverture des plages serait prise en étroite concertation avec les maires des communes concernées. Cette concertation a eu lieu ce jeudi soir, à l’occasion de la réunion du comité territorial, et la majorité des élus ont souhaité que les accès aux plages restent interdits. Une décision que la plupart des maires justifient par la circulation encore réelle du virus sur notre territoire mais, surtout, par les difficultés à assurer un respect de la réglementation sanitaire sur l’ensemble des plages.

Afin d’alléger les contraintes qui incomberaient aux municipalités, le préfet a demandé aux élus de se pencher sur une possible ouverture des plages uniquement sur la tranche horaire allant du lever du jour à 11h du matin.

 

 

BILAN AU 18 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

18 MAI 2020 :  142 903 cas – 28 239 morts, 19 015 hospitalisés dont 1 998 en réanimation – 61 728 guérisons.

142 903 cas recensés dont 492  lors des dernières 24 heures- 28 239  décès recensés , dont 131 lors des dernières 24 heures. –19 015 hospitalisations soit 346 de moins en 24h (J-1 -275)- 1 998 personnes en réanimation, soit 89 de moins en 24 heures.(J-1 -44) –  61 728 personnes guéries, soit 515 de plus.(J-1 +368)

La Chine va-t-elle devoir confiner plus largement sa population ? L’agence Bloomberg a annoncé ce lundi que les autorités de la province de Jilin vont reconfiner leur population après la découverte de 34 nouveaux cas de Covid-19 dans un territoire pourtant épargné jusque-là avec 127 contaminations en tout, bien loin des chiffres évoqués à Wuhan, épicentre de l’épidémie avec 60 000 cas. La province de Jilin, au nord-est de la Chine et à proximité de la frontière avec la Corée du Nord, abrite 108 millions d’habitants. Dans la ville de Shulan qui comprend 670 000 habitants, les autorités ont annoncé qu’elles isoleraient les quartiers comprenant des cas confirmés ou suspects. Les écoles sont fermées.

Depuis l’apparition du Covid-19 en Chine en décembre dernier, la maladie a contaminé plus de 4,8 millions de personnes dans le monde, et a tué plus de 316 000 personnes. Les Etats-Unis comptabilisent à eux seuls plus de 90 000 morts des suites de la maladie. La pandémie a également fait des ravages en Europe avec plus de 34 000 morts au Royaume-Uni, plus de 31 000 en Italie, plus de 28 000 en France et 27 000 en Espagne. Mais les derniers bilans officiels quotidiens dans certains pays sont au plus bas. L’Espagne a enregistré 87 morts du Covid-19 ces dernières 24h, et l’Italie 99 victimes du virus en 24h, le chiffre journalier le plus bas depuis début mars.

Partout sur la planète, les autorités sont partagées entre une crainte d’une deuxième vague de coronavirus et une catastrophe économique dans leur pays. Chacun tente d’alléger progressivement un confinement aux conséquences parfois douloureuses. En Europe, des dizaines de millions d’habitants ont joui d’un premier week-end de relative liberté. Le monde poursuit lundi son lent retour « à la normale ». « Espressos » de retour en terrasse en Italie, réouverture de la basilique Saint-Pierre à Rome et de l’Acropole à Athènes… L’Europe, continent le plus endeuillé, a franchi une nouvelle étape de son déconfinement. Du Portugal au Danemark, en passant par l’Irlande ou l’Allemagne, plusieurs pays européens rouvrent leurs restaurants, cafés et terrasses. Aux Etats-Unis, le débat fait rage entre les partisans d’une réouverture rapide de l’économie et ceux d’une ouverture lente et raisonnée pour tenter d’éviter une seconde vague d’infections.

L’assemblée annuelle de l’OMS s’est ouverte lundi virtuellement pour la première fois de son histoire, les pays appelant à ce que le futur vaccin contre le coronavirus soit un « bien public » et à réformer l’OMS pour qu’elle réponde mieux aux pandémies.

 

MARTINIQUE

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a fait le choix de ne plus communiquer, chaque jour, les chiffres de nouveaux cas positifs au coronavirus.
Ces données ne seront dorénavant dévoilées qu’une seule fois par semaine, le vendredi.
Nous ne croyons nullement que cette décision des autorités sanitaires émane d’une volonté d’opacité statistique. Pas du tout. Mais alors, pourquoi ce type de communication quotidienne n’est-il plus adapté ?
Peut-on simplement la justifier par la relative stabilité de l’épidémie sur notre territoire ? En clair, ce n’est pas la peine de rappeler tous les jours qu’il y a eu zéro, 1, 2 ou 3 cas… Autant indiquer, chaque vendredi, qu’il y en a eu 6, 7, 8 ou 10 dans la semaine.
Et l’ARS de préciser que, bien entendu, en cas de chiffre sortant de la norme un jour de la semaine, il sera rendu public.
En clair, tant qu’on reste dans la mesure, c’est-à-dire dans le non signicatif, on attend…

GUADELOUPE

LES BREVES

Vers une réouverture des lieux d culte.

La plus haute juridiction administrative a estimé dans une ordonnance que cette interdiction porte « une atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte.

Le Conseil d’État a ordonné ce lundi au gouvernement de lever l’interdiction « générale et absolue » de réunion dans les lieux de culte, mis en place dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, en raison de son « caractère disproportionné ».
Saisie en référé par plusieurs associations et requérants individuels, la plus haute juridiction administrative a estimé dans une ordonnance que cette interdiction porte « une atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte et enjoint le gouvernement de la lever « dans un délai de huit jours ».

Schœlcher veut ouvrir les plages aux seules activités individuelles

Luc Clémenté, le maire de Schœlcher, a adressé un courrier au préfet, Stanislas Cazelles, afin de lui faire part de sa volonté d’ouvrir les plages de sa commune sous certaines conditions strictes.
La première c’est que les plages resteront fermées au public les jours fériés du vendredi 22 mai et du Lundi de Pentecôte, le lundi 1er juin.
D’autre part, les accès aux plages seraient limitées de 6h du matin à 11 h mais réservées aux activités sportives et de loisirs autonomes (promenade, jogging, baignade, sport nautique individuel…)
Dans tous les cas, les rassemblements de plus de 10 personnes seraient interdites de même que l’installation sur la plage, les jeux de balle, la consommation d’alcool, barbecues et consommation de repas…
Dans son courrier, le maire Luc Clémenté dit s’engager à mettre en place un dispositif de sécurité afin de veiller au respect de ces règles sur les plages de l’Anse Madame, du Bourg et de Madiana.

Liaisons aériennes : c’est encore le grand flou…

Le secrétaire d’Etat aux Transports n’a pas encore de visibilité sur le « monde d’après ». Son audition devant les députés n’a pas permis de répondre aux nombreuses interrogations, notamment sur la reprise des liaisons aériennes.

L’audition du secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, ce lundi par la délégation Outre-mer de l’Assemblée nationale, n’a pas vraiment éclairé la lanterne des députés. Comme pour ce qui concerne les lieux de détente et de loisirs, le ministre a indiqué qu’il faudrait encore attendre fin mai, début juin pour en savoir plus sur les assouplissements de la doctrine sanitaire. Une chose est certaine : « L’hypothétique réouverture d’Orly avant la fin juin est hors de portée. » Le ministre a indiqué que la question des « corridors sanitaires » est à l’étude au niveau européen et que l’agence européenne de sécurité aérienne ne devrait publier son guide que d’ici cette fin de semaine. Il s’agira de définir des parcours sécurisés des passagers avant l’embarquement, en vol et au débarquement. Pour l’heure, seuls le port du masque et la mise à disposition de gel hydro-alcoolique sont obligatoires. Jean-Baptiste Djebbari a affirmé que la condamnation d’un siège sur deux n’était pas une obligation, mais une recommandation.

Le choix du remboursement

La question des billets d’avion achetés et non consommés a amené le ministre à s’expliquer sur le choix de son gouvernement de privilégier les remboursements en nature et non pas en argent, contrairement à ce qu’impose l’Europe. « Il manque 32 milliards d’un coup, a indiqué le ministre, ce qui place les compagnies dans l’impossibilité de respecter la règle. » Seule Air France a fait savoir qu’elle rembourserait en cash. Et face au risque de voir certaines compagnies faire faillite (le nom de Corsair a été cité), le ministre a évoqué le recours à un fonds de garantie. Quand, comment ? Pas encore de réponse.

BILAN AU 19 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

19 MAI 2020 :  143 427 cas – 28 022 morts, 18 468 hospitalisés dont 1 894 en réanimation – 62 563 guérisons.

143 427 cas recensés dont 524  lors des dernières 24 heures- 28 022  décès recensés , dont 217 lors des dernières 24 heures. –18 468 hospitalisations soit 547 de moins en 24h (J-1 -476)- 1 894 personnes en réanimation, soit 104 de moins en 24 heures.(J-1 -59) –  62 563 personnes guéries, soit 835 de plus.(J-1 +688)

Depuis l’apparition du nouveau coronavirus en Chine en décembre dernier, la maladie a contaminé plus de 4,8 millions de personnes dans le monde, et a tué plus de 320 000 personnes. Si l’Espagne est passée sous la barre des 100 décès journaliers (83 morts du Covid-19 ces dernières 24h), le bilan repart à la hausse en Italie avec 162 nouveaux décès ce mardi.

Si de nombreux pays comme l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la France, les Etats-Unis… poursuivent leur déconfinement, la Chine a quant à elle reconfinée une partie de sa population. Les autorités de la province de Jilin, au nord-est du pays, à la frontière avec la Corée du Nord, ont annoncé entamer un nouveau confinement après la découverte de 34 cas de Covid-19 dans ce territoire jusque-là plutôt épargné, avec 127 contaminations en tout, bien loin des chiffres évoqués à Wuhan, épicentre de l’épidémie avec 60 000 cas. 

Alors que la pandémie de coronavirus continue de tuer dans le monde, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a réuni virtuellement ce lundi ses 194 membres pour définir une stratégie commune face au Covid-19, les pays appelant à ce que le futur vaccin contre le coronavirus soit un « bien public » et à réformer l’OMS pour qu’elle réponde mieux aux pandémies. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a ouvert les discussions en critiquant les pays ayant « ignoré les recommandations de l’OMS », estimant que le monde payait aujourd’hui au « prix fort » les stratégies divergentes. Il a appelé à un « effort multilatéral énorme » face à cette « tragédie », et a dit espérer « que la recherche d’un vaccin pourra en être le point de départ ». Le président chinois Xi Jinping a assuré qu’un éventuel vaccin chinois deviendra un « bien public mondial ». De son côté, dans un message vidéo, le président français Emmanuel Macron a également affirmé que si un vaccin est découvert, il « sera un bien public mondial, auquel chacun devra pouvoir avoir accès ».

 

MARTINIQUE

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a fait le choix de ne plus communiquer, chaque jour, les chiffres de nouveaux cas positifs au coronavirus.
Ces données ne seront dorénavant dévoilées qu’une seule fois par semaine, le vendredi.
Nous ne croyons nullement que cette décision des autorités sanitaires émane d’une volonté d’opacité statistique. Pas du tout. Mais alors, pourquoi ce type de communication quotidienne n’est-il plus adapté ?
Peut-on simplement la justifier par la relative stabilité de l’épidémie sur notre territoire ? En clair, ce n’est pas la peine de rappeler tous les jours qu’il y a eu zéro, 1, 2 ou 3 cas… Autant indiquer, chaque vendredi, qu’il y en a eu 6, 7, 8 ou 10 dans la semaine.
Et l’ARS de préciser que, bien entendu, en cas de chiffre sortant de la norme un jour de la semaine, il sera rendu public.
En clair, tant qu’on reste dans la mesure, c’est-à-dire dans le non signicatif, on attend…

GUADELOUPE

LES BREVES

Les liaison entre la Guadeloupe et la Martinique supprimées.

La compagnie aérienne Air Antilles, qui avait annoncé la reprise de ses vols à compter du 12 mai, de « manière progressive », et « dans le respect des arrêtés préfectoraux des 13 et 15 mai 2020 », vient d’annoncer suspendre ces rotations, pour des « raisons indépendantes de sa volonté », 

« Victime systématique de refus d’autorisation de vol par la préfecture de Guadeloupe, la compagnie est aujourd’hui contrainte d’interrompre ses liaisons entre ces deux îles », indique aussi la compagnie, qui « s’interroge sur les critères d’attribution de ces autorisations qui ne permettent qu’à une seule compagnie d’opérer la desserte entre les deux départements ». 

Air Antille invite les voyageurs qui seraient touchés par cette situation à se munir de leur numéro de réservation avant de joindre la compagnie par mail (callcenter@airantilles.com) ou par téléphone (06 90 70 92 03 ou 06 90 70 92 06).

Une consultation citoyenne pour la reprise des cours  au Lorrain.

« Souhaitez-vous la réouverture des écoles le 25 mai 2020 », c’était la question qui a été posée à la population lorrinoise  lors de la consultation citoyenne organisée par le maire Justin Pamphile le lundi 18 mai 2020. et malgré son engagement à valider  le résultat de ce vote si le taux de participation était supérieur à 50%. les parents ne se sont pas tellement mobilisés, seuls 164 sur 468 se sont rendus aux urnes , ce qui donne un taux de participation de 35.04% loin donc des 50% jugés nécessaires par le maire. Pourtant, dès la fin du dépouillement, ce dernier annonce que l’expression citoyenne sera respectée. Le « non » l’ayant emporté à 87,20%, l’école ne rouvrira pas au Lorrain avant septembre.

« Malgré une faible participation, cette consultation était un exercice intéressant », estime néanmoins Justin Pamphile. « Je crois que les parents, pour la plupart peut-être, ne se sont pas sentis impliqués. Partant de ce principe, avec nos équipes nous allons discuter, informer l’Éducation Nationale du choix qui a été fait, puis fermer les écoles jusqu’à la rentrée de septembre. Il va sans dire que notre réflexion ne va pas s’arrêter là. Nous devons être en capacité de réagir et de proposer une action forte avec nos partenaires ».

Dès les résultats connus, le maire a annoncé que la rentrée se ferait par conséquent en septembre, mais a aussi précisé qu’il mettra en place un accompagnement au profit des enfants « qui ne sont pas en classe depuis décembre ».

BILAN AU 20 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

20 MAI 2020 :  143 845 cas – 28 132 morts, 17 941 hospitalisés dont 1 794en réanimation – 63 354 guérisons.

143 845 cas recensés dont 418  lors des dernières 24 heures- 28 132  décès recensés , dont 110 lors des dernières 24 heures. –17 941 hospitalisations soit 527 de moins en 24h (J-1 +20)- 1 794 personnes en réanimation, soit 100 de moins en 24 heures.(J-1 +4) –  63 354 personnes guéries, soit 791 de plus.(J-1 -44)

Mercredi 20 mai, selon le dernier décompte réalisé par l’Agence France-Presse, 4 939 642 cas de coronavirus étaient comptabilisés à travers la planète. La pandémie a déjà coûté la vie à 325 003 personnes. Apparu en Chine en décembre dernier, le coronavirus s’est depuis offert un véritable tour du monde. Dans le top trois de ses destinations privilégiées, on retrouve les États-Unis, pays qui compte le plus de décès à ce jour (92 387), et l’Europe, Royaume-Uni et Italie en tête. 

Très endeuillé, le Vieux Continent comptabilise au total plus de 169 671 morts selon le bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi, dont 35 704 morts au Royaume-Uni, 32 330 en Italie, 28 132 en France et 27 888 en Espagne. En Europe, la maladie fait également des dégâts en Russie, qui compte près de 300 000 cas confirmés de Covid-19, dont environ 3 000 décès. Dans le pays, les autorités sanitaires ont annoncé la naissance d’un nourrisson né contaminé par la maladie, sa mère était porteuse du virus.

Si la pandémie de coronavirus est en recul en Europe, elle est en forte progression en Amérique latine, où le Brésil a dépassé pour la première fois 1 000 morts en 24 heures (1 179 décès selon le ministère de la santé). Le Brésil est devenu le troisième pays au monde en nombre de contaminations après les Etats-Unis et la Russie. Cette progression a porté le total des morts à 17 971 au Brésil, qui déplore plus de la moitié des plus de 30 000 décès enregistrés en Amérique latine et dans Caraïbes. Mais d’autres pays d’Amérique latine enregistrent eux aussi de fortes progressions du Covid-19. C’est le cas du Chili, qui a connu mardi sa plus forte hausse de contaminations (3 520) et de décès (31) en 24 heures. « Nous sommes dans un moment très complexe, très difficile », a déclaré le ministre de la Santé Jaime Mañalich.

En Europe, la pandémie est considérée comme étant sous contrôle, les bilans quotidiens sont généralement en baisse, et la tendance est à la levée progressive du confinement, plus ou moins rapide suivant les pays, des sévères restrictions prises au plus fort de la crise sanitaire. Des pays annoncent également des dates pour la réouverture de leurs frontières. Après l’Italie, qui a annoncé samedi qu’elle rouvrait à partir du 3 juin ses frontières aux touristes de l’Union européenne et annulait la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers, la Grèce a annoncé ce mercredi que la saison touristique commencera au 15 juin et les vols internationaux reprendront au premier juillet. Cinq pays d’Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Slovaquie et République tchèque) envisagent ainsi d’ouvrir les frontières entre eux vers la mi-juin. Les Européens renouent petit à petit avec ces plaisirs simples dont le confinement les avait privés depuis la mi-mars, comme de voir la mer ». Cela fait deux mois que je n’avais pas vu la mer et j’ai proposé à une collègue de venir ici un moment voir la mer avant d’aller travailler. Ecouter le bruit des vagues, marcher un peu sur la plage, nous en avions très envie », témoigne Helena Prades, une Espagnole de 43 ans.

 

MARTINIQUE

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a fait le choix de ne plus communiquer, chaque jour, les chiffres de nouveaux cas positifs au coronavirus.
Ces données ne seront dorénavant dévoilées qu’une seule fois par semaine, le vendredi.
Nous ne croyons nullement que cette décision des autorités sanitaires émane d’une volonté d’opacité statistique. Pas du tout. Mais alors, pourquoi ce type de communication quotidienne n’est-il plus adapté ?
Peut-on simplement la justifier par la relative stabilité de l’épidémie sur notre territoire ? En clair, ce n’est pas la peine de rappeler tous les jours qu’il y a eu zéro, 1, 2 ou 3 cas… Autant indiquer, chaque vendredi, qu’il y en a eu 6, 7, 8 ou 10 dans la semaine.
Et l’ARS de préciser que, bien entendu, en cas de chiffre sortant de la norme un jour de la semaine, il sera rendu public.
En clair, tant qu’on reste dans la mesure, c’est-à-dire dans le non signicatif, on attend…

GUADELOUPE

 

LES BREVES

Le préfet de Martinique  autorise l’accès aux plages et la navigation de plaisance.

Stanislas Cazelles, préfet de l’île, s’est entendu avec les 28 maires du littoral pour autoriser l’accès aux plages. Un accès sous condition et différencié selon les communes.

L’accès aux plages a finalement fait l’objet d’un consensus entre les maires et le représentant de l’Etat.

Après consultation avec les maires de Martinique, le préfet autorise du lever du soleil à 11h00 puis de 16h00 à 18h30, pour les activités sportives individuelles l’accès aux plages des 12 communes suivantes :

À compter du jeudi 21 mai 2020 : Basse-Pointe – Le François – Case-Pilote – Le Lorrain – Le Carbet – Sainte-Marie – Le Diamant – Saint-Pierre – Fort-de-France – Les Trois-Îlets

À compter du samedi 23 mai 2020 : Schoelcher pour les plages de Madiana, du Bourg et de l’Anse Madame.La Trinité pour l’anse Dufour (Bonneville), uniquement pour le surf, et les plages de
Madras, de Cosmy et de Raisinier.

Pour ces deux communes, l’accès aux plages sera interdit le lundi 1er juin 2020.

Pas de baignade en revanche pour les habitués des plages de Sainte-Anne, Marin, Sainte-Luce, Anses d’Arlets, Vauclin, Rivière-Salée, Ducos, le Lamentin, Robert, Bellefontaine, Prêcheur, Grand Rivière, Macouba et le Marigot. Les maires de ces communes n’ont pas encore donné leur feu vert pour une ouverture.

La liste des plages autorisées en Martinique pourra être complétée en concertation avec les maires des communes concernées.

Les activités autorisées sur les plages, dans le respect des mesures barrières et de
distanciation sociales, sont les activités sportives individuelles comme la marche, la course à pied, la natation et les sports nautiques pratiqués depuis la plage.

En revanche sont interdits, le stationnement statique, les sports collectifs et de contact, l’organisation de repas, le transport et la consommation d’alcool ainsi que tout regroupement de plus de 10 personnes.

Ces règles sont affichées aux différents points d’accès des places.
Par ailleurs, la navigation des navires de plaisance et des autres engins nautiques à moteur est autorisée du lever du jour jusqu’à 18 h 30 dans la limite des eaux territoriales (12 nautiques) qui bordent la Martinique.

Les activités sportives nautiques, aquatiques et subaquatiques sont également
autorisées lorsqu’elles sont pratiquées de manière individuelle.

La  délégation médicale cubaine sera accueillie la semaine prochaine.

« Sauf contretemps inattendu, la délégation médicale cubaine serait accueillie la semaine prochaine », a annoncé Alfred Marie-Jeanne, président du conseil exécutif de la CTM.

 

BILAN AU 21 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

21 MAI 2020 :  144 163 cas – 28 215 morts, 17 583 hospitalisés dont 1 745en réanimation – 63 858 guérisons.

144 163 cas recensés dont 318  lors des dernières 24 heures- 28 215  décès recensés , dont 83 lors des dernières 24 heures. –17 583 hospitalisations soit 358 de moins en 24h (J-1 +169)- 1 745 personnes en réanimation, soit 49 de moins en 24 heures.(J-1 +51) –  63 858 personnes guéries, soit 504 de plus.(J-1 -287)

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 328 220 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP jeudi midi. Plus de 5 012 630 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Bonne nouvelle, parmi ces cas, au moins 1 854 900 sont aujourd’hui considérés comme guéris. Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 79 décès pour 100 000 habitants, suivi par l’Espagne (60), l’Italie (53), le Royaume-Uni (53), et la France (43). L’Europe totalisait jeudi midi 169 932 décès pour 1 955 600 cas, les Etats-Unis et le Canada 99 575 décès (1 631 995 cas), l’Amérique latine et les Caraïbes 33 945 décès (612 891 cas), l’Asie 13 158 décès (399 080 cas), le Moyen-Orient 8 486 décès (309 107 cas), l’Afrique 2 996 décès (95 533 cas), et l’Océanie 128 décès (8 426 cas).

Si la pandémie de coronavirus est en recul en Europe, elle se poursuit inexorablement Amérique latine, où le Brésil a dépassé pour la première fois 1 000 morts en 24 heures, mardi 19 mai. 17 971 décès ont été recensés et plus de 250 000 personnes sont contaminées mais les bilans pourraient s’avérer sous-estimés, le pays ayant très peu recours à des tests de dépistage. Le Pérou est devenu le deuxième pays le plus mortellement touché en Amérique latine après le Brésil avec 3 024 victimes de l’épidémie Mais d’autres pays d’Amérique latine enregistrent eux aussi de fortes progressions du Covid-19. C’est le cas du Chili, qui a connu mardi sa plus forte hausse de contaminations (3 520) et de décès (31) en 24 heures. « Nous sommes dans un moment très complexe, très difficile », a déclaré le ministre de la Santé Jaime Mañalich.

En Europe, la pandémie est considérée comme étant sous contrôle, les bilans quotidiens sont généralement en baisse, et la tendance est à la levée progressive du confinement, plus ou moins rapide suivant les pays, des sévères restrictions prises au plus fort de la crise sanitaire. Des pays annoncent également des dates pour la réouverture de leurs frontières. Après l’Italie, qui a annoncé samedi qu’elle rouvrait à partir du 3 juin ses frontières aux touristes de l’Union européenne et annulait la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers, la Grèce a annoncé ce mercredi que la saison touristique commencera au 15 juin et les vols internationaux reprendront au premier juillet. Cinq pays d’Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Slovaquie et République tchèque) envisagent ainsi d’ouvrir les frontières entre eux vers la mi-juin. Les Européens renouent petit à petit avec ces plaisirs simples dont le confinement les avait privés depuis la mi-mars, comme de voir la mer ». Cela fait deux mois que je n’avais pas vu la mer et j’ai proposé à une collègue de venir ici un moment voir la mer avant d’aller travailler. Ecouter le bruit des vagues, marcher un peu sur la plage, nous en avions très envie », témoigne Helena Prades, une Espagnole de 43 ans.

MARTINIQUE

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a fait le choix de ne plus communiquer, chaque jour, les chiffres de nouveaux cas positifs au coronavirus.
Ces données ne seront dorénavant dévoilées qu’une seule fois par semaine, le vendredi.
Nous ne croyons nullement que cette décision des autorités sanitaires émane d’une volonté d’opacité statistique. Pas du tout. Mais alors, pourquoi ce type de communication quotidienne n’est-il plus adapté ?
Peut-on simplement la justifier par la relative stabilité de l’épidémie sur notre territoire ? En clair, ce n’est pas la peine de rappeler tous les jours qu’il y a eu zéro, 1, 2 ou 3 cas… Autant indiquer, chaque vendredi, qu’il y en a eu 6, 7, 8 ou 10 dans la semaine.
Et l’ARS de préciser que, bien entendu, en cas de chiffre sortant de la norme un jour de la semaine, il sera rendu public.
En clair, tant qu’on reste dans la mesure, c’est-à-dire dans le non signicatif, on attend…

GUADELOUPE

 

LES BREVES

19 cas testés positifs au Covid-19 mercredi 20 mai en GUYANE.

19 nouveaux cas ont été testés positifs au Coronavirus ce mercredi indique le point Covid-19 de la préfecture. 9 sont localisés à Saint-Georges de l’Oyapock qui recense donc 84 cas depuis le début de l’épidémie. 4 se situent sur l’Île de Cayenne, 3 à Kourou. Enfin, la commune de Camopi, qui avait pour l’instant été épargnée par l’épidémie de Covid-19, enregistre ses 3 premiers cas.

237 cas de Covid-19 ont été recensés depuis le début de l’épidémie, 136 patients ont été guéris et 1 personne a succombé au virus. 12 personnes sont toujours hospitalisées mais aucune en réanimation.

La quatorzaine pour les personnes arrivant des Antilles, maintenue en GUYANE.

À l’aéroport Félix-Éboué, le dispositif d’accueil médicalisé est maintenu. Les nouveaux arrivants signent un contrat d’engagement à respecter une quatorzaine stricte à domicile. Les coordonnées des voyageurs sont récoltées, et en cas d’apparition de symptômes, ceux-ci doivent se déclarer auprès de l’ARS.

La levée de la quatorzaine ne pourrait donc se faire qu’après analyse de l’évolution épidémiologique, sur la base d’éléments scientifiques avérés.

Pour rappel, le Conseil scientifique jugeait le 13 mai dernier que « la sécurité sanitaire des territoires ultramarins nécessite d’identifier et isoler immédiatement les arrivants ayant des symptômes évocateurs de Covid, et d’avoir recours à une mise en quarantaine et à un dépistage systématique du virus chez les autres voyageurs ».

 

Un Airbus de French Bee atterit à Félix-Eboué avec plusieurs tonnes de fret.

Un Airbus A350 de French Bee, compagnie sœur d’Air Caraïbes, toutes deux filiales du Groupe Dubreuil, a réalisé aujourd’hui un vol cargo, sans passagers, en n’utilisant que les capacités fret des soutes. La cargaison de l’A350-900 se composait principalement de denrées sanitaires (gels et masques). L’avion, qui dessert habituellement La Reunion ou Tahiti, a atterri à Félix-Eboué vers 17h00 et repartira demain vendredi.

À noter que French bee a récemment effectué le plus long vol commercial domestique sans escale entre Tahiti Faa’a et Paris-Orly, avec l’un de ses Airbus A350-900.

BILAN AU 22 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

22 MAI 2020 :  144 556 cas – Non communiqué, 17 383 hospitalisés dont 1 701 en réanimation – 64 209 guérisons.

144 556 cas recensés dont 393 lors des dernières 24 heures-   décès non communiqué,  –17 383 hospitalisations soit 200 de moins en 24h (J-1 +158)- 1 701 personnes en réanimation, soit 44 de moins en 24 heures.(J-1 +5) –  64 209 personnes guéries, soit 351 de plus.(J-1 -153)

Depuis son apparition en Chine, la pandémie de coronavirus a contaminé près de 5,3 millions de personnes à travers le monde, et tué plus de 334 000 malades. Les Etats-Unis sont le pays le plus fortement touché en nombre de cas et de décès (plus de 96 000) et continuent d’enregistrer de lourds bilans journaliers. En Europe, le Covid-19 a tué plus de 170 000 personnes, dont plus de 36 000 au Royaume-Uni, 32 000 en Italie, 28 000 en France, 27 000 en Espagne et 8 000 en Allemagne.

Alors que l’Europe et les Etats-Unis commencent à se déconfiner, l’Amérique latine enregistre une terrible progression de la pandémie, particulièrement au Brésil, où le seuil des 20 000 morts vient d’être franchi, après une hausse record de 1 188 décès au cours des dernières 24 heures, selon des données du ministère de la Santé. Avec 57% des victimes du coronavirus sur le continent (35 000), le Brésil est de loin le pays le plus touché d’Amérique latine. Mais la situation est alarmante aussi au Pérou, au Chili ou en Argentine. Le Pérou, pays de 32 millions d’habitants, a enregistré près de 110 000 contaminations et plus de 3 100 décès depuis l’apparition de la maladie. Au Chili, de 57 000 cas ont été enregistrés, et les décès ont augmenté de 29% au cours des dernières 24 heures, passant à 589.

En Europe, la pandémie est considérée comme étant sous contrôle, les bilans quotidiens sont généralement en baisse ou stables, et la tendance est à la levée progressive du confinement, plus ou moins rapide suivant les pays, des sévères restrictions prises au plus fort de la crise sanitaire. Des pays annoncent également des dates pour la réouverture de leurs frontières. Après l’Italie, qui a annoncé samedi qu’elle rouvrait à partir du 3 juin ses frontières aux touristes de l’Union européenne et annulait la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers, la Grèce a annoncé ce mercredi que la saison touristique commencera au 15 juin et les vols internationaux reprendront au premier juillet. Cinq pays d’Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Slovaquie et République tchèque) envisagent ainsi d’ouvrir les frontières entre eux vers la mi-juin. Les Européens renouent petit à petit avec ces plaisirs simples dont le confinement les avait privés depuis la mi-mars, comme de voir la mer.

MARTINIQUE

 

Depuis le vendredi 15 mai, 5 personnes ont été testées positives au Covid-19 . Soit 197 cas confirmés depuis le début de l’épidémie.

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a fait le choix de ne plus communiquer, chaque jour, les chiffres de nouveaux cas positifs au coronavirus.
Ces données ne seront dorénavant dévoilées qu’une seule fois par semaine, le vendredi.
Du 15 au 22 mai, ce sont donc 5 nouveaux cas confirmés biologiquement qui ont été enregistrés par les autorités de santé. 4 personnes ont été testées positive au covid-19 par le laboratoire du CHU de Martinique. Une autre par les laboratoires privés.
Il n’y a plus de patient hospitalisé au service réanimation.

GUADELOUPE

 

LES BREVES

La quatorzaine entre Martinique et Guadeloupe est levée

La préfecture annonce que les deux îles lèvent la mesure à compter de lundi 25 mai.

Dans le cadre du déconfinement, compte tenu de la situation sanitaire actuelle des deux îles et de leur proximité, les préfets de la Guadeloupe et de la Martinique lèvent la quatorzaine à compter du lundi 25 mai 2020 entre les îles sœurs y compris entre Saint- Martin, Saint-Barthélemy. 
La liaison entre les îles sera assurée librement par les compagnies aériennes, dans la limite des jours et horaires d’ouverture des aéroports. 
Concernant l’escale en Martinique des vols Air France en provenance de la Guyane et à destination de la Guadeloupe, les passagers pourront uniquement débarquer de l’aéronef. Aucun embarquement en Martinique ne sera autorisé sur ce vol. Tout passager provenant de la Guyane et à destination de la Martinique ou de la Guadeloupe devra respecter une quatorzaine à son arrivée. 
 
Les passagers en provenance de l’Hexagone et en transit en Martinique ou en Guadeloupe effectueront leur quatorzaine dès le débarquement à leur destination finale. 
Conformément aux dispositions de l’article 5 du décret 2020-548 du 11 mai 2020, seuls sont autorisés les déplacements pour un motif impérieux d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l’urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé. Les personnes qui se déplacent pour l’un de ces motifs doivent se munir d’une déclaration indiquant le motif du déplacement accompagnée, le cas échéant, d’un ou plusieurs documents justifiant ce motif ainsi que d’un justificatif du lieu de résidence. 
Les autres déplacements (tourisme, agrément, visite familiale…) restent interdits. 
Des contrôles de la police aux frontières (PAF) seront organisés afin de veiller au respect de ces règles. 
 

L’épidémie de dengue est confirmée.

Tous les indicateurs de surveillance épidémiologique confirment depuis plusieurs semaines une tendance à l’augmentation de la circulation virale de la dengue en Martinique.

Notamment, en semaine du 11 au 17 mai. Cette semaine, le nombre hebdomadaire de cas cliniquement évocateurs de dengue atteint le niveau le plus élevé depuis la réémergence du virus en 2019 et le nombre hebdomadaire de cas biologiquement confirmés dépasse la centaine de cas en dernière semaine d’avril. Par ailleurs, la répartition spatiale des cas biologiquement confirmés montre une extension de la circulation virale sur une plus grande partie du territoire avec près de 3 communes sur 4 rapportant des cas de dengue.
 
 
 
 

BILAN AU 23 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

23 MAI 2020 :  144 806 cas – Non communiqué, 17 178 hospitalisés dont 1 665 en réanimation – 64 547 guérisons.

144 806 cas recensés dont 250 lors des dernières 24 heures-   décès non communiqué,  –17 178 hospitalisations soit 205 de moins en 24h (J-1 -5)- 1 665 personnes en réanimation, soit 36 de moins en 24 heures.(J-1 +8) –  64 547 personnes guéries, soit 338 de plus.(J-1 -13)

La pandémie de coronavirus continue sa propagation dans le monde et a déjà contaminé plus de 5,2 millions de personnes. Par ailleurs, près de 339 000 malades ont perdu la vie depuis l’apparition du virus à Wuhan, en Chine, en décembre 2019. Les Etats-Unis restent le pays le plus touché en nombre de cas et de victimes : plus de 96 000 personnes sont mortes et près de 1,6 million de cas de contamination ont été confirmés par les autorités sanitaires américaines. En Europe, le coronavirus a tué plus de 173 000 personnes (plus de 2 millions de cas) : 36 000 au Royaume-Uni, 32 000 en Italie, 28 000 en France, 28 000 en Espagne et 8 000 en Allemagne.

Si de nombreux pays européens ont entamé leur déconfinement, l’OMS s’alarme de la progression fulgurante de la pandémie en Amérique du sud. De fait, l’Amérique du sud et les Caraïbes totalisent plus de 36 000 décès et 651 000 cas d’infections. « L’Amérique du Sud est devenue un nouvel épicentre de la maladie. Nous voyons le nombre de cas augmenter dans de nombreux pays sud-américains. L’inquiétude concerne beaucoup de ces pays mais clairement le plus affecté à ce stade est le Brésil », a déclaré, vendredi, le responsable des situations d’urgence de l’OMS, Michael Ryan, lors d’une conférence virtuelle depuis Genève.  Le Brésil est durement touché : vendredi 22 mai, les autorités ont enregistré pour la première plus de 20 000 morts liés à la maladie (330 890 cas d’infections).

Par ailleurs, le continent africain a passé la barre symbolique des 100 000 cas de contamination au coronavirus. Selon les données compilées par le Centre de prévention des maladies de l’Union africaine (CDC) et le décompte quotidien réalisé par l’Agence France Presse, l’Afrique a enregistré au moins 103 875 cas confirmés d’infections au Covid-19 alors que 3 184 victimes ont succombé à la maladie. En revanche, plus d’un tiers des cas confirmés sont désormais considérés comme guéris : 39 543 personnes ont pu sortir de l’hôpital.  

Alors que l’épidémie de coronavirus continue inexorablement sa progression dans le monde, le continent africain affiche des bilans officiels relativement bas. Plusieurs facteurs expliqueraient cette résilience sanitaire. Tout d’abord, les États africains, dans leur majorité, ont pris des mesures préventives rapidement, notamment en limitant les voyages et les déplacements. Par ailleurs, l’épidémie étant beaucoup plus dangereuses pour les personnes âgées, le continent africain détient ici un atout majeur : 60% de la population est âgée de moins de 25 ans. 

L’Europe, de son côté, connaît un déclin de la propagation de l’épidémie du Covid-19 puisque les bilans journaliers font état d’une situation sanitaire stable et sous contrôle. Plusieurs pays, comme la France, l’Espagne ou encore l’Italie, ont décidé de lever progressivement les mesures de confinement alors que certains rouvrent leurs frontières. L’Italie a annoncé que ses frontières rouvraient à partir du 3 juin pour les touristes de l’Union européenne. Les autorités ont également suspendu la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers. En Grèce, la saison touristique débutera dès le 15 juin et les vols internationaux reprendront au premier juillet. Cinq pays d’Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Slovaquie et République tchèque) espèrent pouvoir rouvrir les frontières entre eux vers la mi-juin. 

Ce samedi 23 mai, les autorités espagnoles ont fait savoir que les touristes étrangers pourront revenir en Espagne à partir de juillet. « Je vous annonce qu’à partir du mois de juillet, l’entrée de touristes étrangers en Espagne reprendra en conditions de sécurité », a déclaré le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez. Les arrivées étaient suspendues depuis la mise en place des mesures de confinement mi-mars. Vendredi, le bilan de l’épidémie comptabilisait un total de 28 628 morts pour plus de 234 000 cas recensés.

MARTINIQUE

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a fait le choix de ne plus communiquer, chaque jour, les chiffres de nouveaux cas positifs au coronavirus.

Ces données ne seront dorénavant dévoilées qu’une seule fois par semaine, le vendredi.

GUADELOUPE

 

 

LES BREVES

La reprise des cérémonies religieuses officiellement autorisée.

Désinfection des mains et masque obligatoire, filtrage à l’entrée : les cérémonies religieuses vont pouvoir reprendre dès ce samedi selon des modalités fixées par un décret publié au journal officiel et immédiatement entré en vigueur.

Ce texte publié aujourd’hui complète un decret du 11 mai sur les mesures de lutte contre le Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.
Le ministre de l’Intérieur et les responsables des cultes se sont accordés lors d’une réunion « sur les mesures à prendre pour assurer la sécurité sanitaire de tous », a expliqué le ministère dans un communiqué peu avant la publication du décret.
Cette concertation s’est imposée au gouvernement après que le Conseil d’Etat lui a ordonné lundi de lever dans un délai de « huit jours » l’interdiction totale de réunion de cultes figurant dans le décret de déconfinement du 11 mai.
« Si l’objectif d’une reprise généralisée des cérémonies religieuses reste le 3 juin », rappelle le ministère, « il sera ainsi possible (…) de célébrer à nouveau, progressivement, des offices » à compter de la parution du décret.
Assurer la protection sanitaire
Les gestionnaires des lieux de culte et organisateurs des cérémonies devront notamment s’assurer que les fidèles respectent les gestes barrières et la distanciation physique, portent un masque et se désinfectent les mains. A l’entrée du lieu de culte, une personne devra aussi réguler les flux pour ne pas dépasser une jauge maximale de fréquentation.
Les mesures s’appliquent à « toute personne de onze ans et plus qui accède ou demeure dans ces établissements », selon le décret. « Les préfets de département pourront interdire l’ouverture ou ordonner la fermeture d’un lieu de culte si ces règles ne sont pas respectées », précise le ministère.
« Nous avons travaillé et trouvé une solution pour permettre la reprise des cérémonies religieuses tout en assurant la protection sanitaire de chacun », se félicite Christophe Castaner dans le communiqué.
 
18 nouveaux cas de Covid-19 ce samedi en Guyane.

 

18 nouveaux cas de Coronavirus sont recensés dans le point Covid-19 de la préfecture ce samedi soir. 7 d’entre eux sont localisés sur l’Île de Cayenne et 5 à Camopi, qui recense désormais 11 cas depuis mercredi. 6 nouveaux cas ont également été testés positifs au virus à Saint-Georges de l’Oyapock dont le bilan s’élève à 97 cas.

279 cas de Covid-19 ont été recensés en Guyane depuis le début de l’épidémie dont 82 depuis lundi seulement. 143 patients ont été guéris et 1 personne a succombé au virus. 15 personnes sont hospitalisées mais aucune en réanimation.

 
 
 

BILAN AU 24 MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

24 MAI 2020 :  144 921 cas – Non communiqué, 17 185 hospitalisés dont 1 655 en réanimation – 64 617 guérisons.

144 921 cas recensés dont 115 lors des dernières 24 heures-   décès non communiqué,  –17 185 hospitalisations soit 7 de moins en 24h (J-1 +212)- 1 655 personnes en réanimation, soit 10 de moins en 24 heures.(J-1 +26) –  64 617 personnes guéries, soit 70 de plus.(J-1 -268)

La pandémie a fait au moins 342 295 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon le dernier bilan de l’AFP. Plus de 5 327 680 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Parmi ces cas, au moins 2 066 300 sont aujourd’hui considérés comme guéris. Les États-Unis, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 97 087 décès pour 1 622 670 cas. Au moins 361 239 personnes ont été déclarées guéries. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 36 675 morts pour 257 154 cas, l’Italie avec 32 735 morts (229 327 cas), l’Espagne avec 28 678 morts (235 290 cas) et la France avec 28 332 morts (182 469 cas).

Si de nombreux pays européens ont entamé leur déconfinement, l’OMS s’alarme de la progression fulgurante de la pandémie en Amérique du sud. De fait, l’Amérique du sud et les Caraïbes totalisent plus de 36 000 décès et 651 000 cas d’infections. « L’Amérique du Sud est devenue un nouvel épicentre de la maladie. Nous voyons le nombre de cas augmenter dans de nombreux pays sud-américains. L’inquiétude concerne beaucoup de ces pays mais clairement le plus affecté à ce stade est le Brésil », a déclaré, vendredi, le responsable des situations d’urgence de l’OMS, Michael Ryan, lors d’une conférence virtuelle depuis Genève.  

 

Le Brésil a enregistré 965 décès supplémentaires causés par le coronavirus, ce qui porte à 22 013 le nombre total de morts depuis le début de l’épidémie, a indiqué samedi le ministère de la Santé.
Plus de 16 500 nouveaux cas de contamination ont aussi été recensés, pour un total de 347 398 cas dans le pays, a précisé le ministère. Il s’agit du plus important nombre de cas au monde après les Etats-Unis. Christophe Ventura, directeur de recherche à l’IRIS (Institut de recherches internationales et stratégiques) a expliqué sur France Info que cette situation était « prévisible » à cause des faibles moyens humains. « Beaucoup de personnalités en Amérique latine, d’organismes régionaux comme la Cepal (la Commission économique pour le développement d’Amérique latine) ou l’OMS alertaient sur le fait que c’est en Amérique latine que les conditions étaient probablement les plus propices à une déflagration économique, sociale et sanitaire liée au Covid-19. »

Alors que l’épidémie de coronavirus continue inexorablement sa progression dans le monde, le continent africain affiche des bilans officiels relativement bas. Plusieurs facteurs expliqueraient cette résilience sanitaire. Tout d’abord, les États africains, dans leur majorité, ont pris des mesures préventives rapidement, notamment en limitant les voyages et les déplacements. Par ailleurs, l’épidémie étant beaucoup plus dangereuses pour les personnes âgées, le continent africain détient ici un atout majeur : 60% de la population est âgée de moins de 25 ans. 

L’Europe, de son côté, connaît un déclin de la propagation de l’épidémie du Covid-19 puisque les bilans journaliers font état d’une situation sanitaire stable et sous contrôle. Plusieurs pays, comme la France, l’Espagne ou encore l’Italie, ont décidé de lever progressivement les mesures de confinement alors que certains rouvrent leurs frontières. L’Italie a annoncé que ses frontières rouvraient à partir du 3 juin pour les touristes de l’Union européenne. Les autorités ont également suspendu la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers. En Grèce, la saison touristique débutera dès le 15 juin et les vols internationaux reprendront au premier juillet. Cinq pays d’Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Slovaquie et République tchèque) espèrent pouvoir rouvrir les frontières entre eux vers la mi-juin. 

MARTINIQUE

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a fait le choix de ne plus communiquer, chaque jour, les chiffres de nouveaux cas positifs au coronavirus.

Ces données ne seront dorénavant dévoilées qu’une seule fois par semaine, le vendredi.

GUADELOUPE

L’archipel de la Guadeloupe déplore, ce dimanche 24 mai, le décès d’un homme de 82 ans, atteint du Covid-19 et de comorbidités (autres pathologies). Il était hospitalisé depuis fin avril en réanimation au CHUG. Ce qui porte au total à 14 le nombre de décès cumulés de personnes confirmées Covid-19 par PCR en Guadeloupe.L’archipel dénombre également, depuis ces deux derniers jours, cinq nouveaux cas, ce qui porte à 161, le nombre de cas cumulés de coronavirus confirmés par test PCR en Guadeloupe. Il s’agit de personnes arrivées de métropole et de Guyane qui ont été testées à leur arrivée. Ces personnes ont été contactées par la brigade sanitaire de la Caisse générale de Sécurité sociale et de l’ARS. Des logements alternatifs sont à leur disposition si nécessaire. Elles doivent impérativement respecter les consignes et ne faire courir aucun risque à leur entourage. Le risque du développement de chaînes de contamination à partir de personnes positives entrées sur le territoire guadeloupéen est très élevé.

Parmi les cas confirmés, 2 patients sont toujours hospitalisés en réanimation au CHUG et 115 personnes au total sont déclarées guéries par les infectiologues en Guadeloupe.

 

LES BREVES

23 cas de Covid-19 détectés dans un hôpital de la Vienne

Selon l’AFP, 23 personnes ont été testées positives au Covid-19 sur le site hospitalier de Loudun (Vienne). 13 personnes sont des membres du personnel. 14 des cas (sept patients et sept membres du personnel) sont asymptomatiques. Ces agents hospitaliers ont été placés chez eux, en isolement. Le transfert ou non des autres patients est en cours de détermination, selon l’AFP.

Le gouvernement précisera les modalités de départs en vacances dans la semaine

Invitée de l’émission « Question politique » aujourd’hui sur France Inter, Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire a donné plus d’indications sur la possibilité de partir ou non en vacance cet été. « Chacun peut commencer à réserver ses vacances, et on annoncera les nouvelles règles dans le courant de la semaine, a indiqué la ministre. On peut réserver dès à présent pour juillet et août, pour juin on précisera les choses cette semaine. » Mme Borne a précisé que le gouvernement préconise de partir en France plutôt qu’à l’étranger notamment en Espagne qui a annoncé la réouverture prochaine de ses frontières aux touristes étrangers. Une mesure cruciale pour la deuxième destination touristique au monde. « Le plus dur est passé« , a assuré le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, « nous avons surmonté la grande vague de la pandémie » qui a fait plus de 28.000 morts dans le pays.
 
 
La Chine craint « une nouvelle guerre froide » avec les Etats-Unis
 
La Chine et les Etats-Unis sont « au bord d’une nouvelle Guerre froide« , a averti aujourd’hui le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, en déplorant le regain de tensions avec Washington. « Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux Etats-Unis« , « qui saisit toutes les occasions pour attaquer et diffamer la Chine« , a déclaré le chef de la diplomatie chinoise. La Chine est « prête » à une coopération internationale afin d’identifier la source du nouveau coronavirus mais sans « ingérence politique« , a-t-il dit.
 
Confusion politique au Brésil
 
La crise sanitaire s’est aggravée, au Brésil, par une grande confusion politique due aux tensions entre la majorité des gouverneurs de provinces favorables à de strictes mesures de confinement et le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui affirme que ces mesures nuiront à l’économie du pays et qui minimise la gravité de la maladie. Avec des chiffres sans doute très sous-évalués, la pandémie a officiellement touché plus de 5,26 millions de personnes dans le monde. Elle a fait au moins 339.758 morts depuis son apparition en décembre en Chine, d’après un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi à 19H00 GMT.